Éditorial

Soyez de bonnes bugnes !

01 février 2020

En bon gone, natif de la capitale des Gaules, je ne jure pendant le mois de février que par les bugnes ! 

Évidemment, celles que je préfère sont celles dont j’ai soigneusement recopié la recette dans mon carnet … celle de ma mère ! Selon l’inspiration du moment, je reconnais que je varie l’ingrédient qui parfume ces desserts du temps du carnaval : rhum ambré, vanille, fleur d’oranger…

J’aurais tendance à survaloriser cette recette par rapport à tout autre beignet. Un certain chauvinisme local me pousserait même à lui accorder une supériorité incontestable et incontestée face à tous ces autres beignets, craquelins, fritelles, merveilles, oreillettes, cuisses de dame…

Mais un peu d’humilité m’oblige à reconnaître que je trouve plus de plaisir à goûter à cette diversité plutôt qu’à ne m’en tenir qu’à une seule de ces variétés. Un peu d’honnêteté me pousse même à dire qu’en fait de recette de bugne, il existe en réalité des recettes de bugnes, avec beaucoup de pluriel et de pluralité : tout varie : les proportions entre les ingrédients, la taille, la forme (avec ou sans nœud !), l’épaisseur de la pâte, le type d’huile de friture et la température de l’huile… tout apporte sa note particulière à ce gâteau de carnaval.

Au fond, en Église aussi… parfois, je me dis que je tiens à une recette plus qu’à une autre. Mais en réalité, rien n’est plus réjouissant que la très grande diversité des enfants de Dieu et leur façon de dire leur foi et leur attachement à leur Église !

Gérald Machabert
rédacteur en chef de Réveil
#bugne#beignet#diversité#joie

Commentaires