Entre souveraineté et indépendance

Nouvelle-Calédonie

01 mai 2019

« La souveraineté, c’est de choisir ses partenaires », disait Jean-Marie Tjibaou, « pour un petit pays comme le nôtre, l’indépendance c’est de bien calculer les interdépendances. » Une question encore à l’ordre du jour à la veille des élections provinciales du 12 mai en Nouvelle-Calédonie.

C’est bien à une question sur l’indépendance politique que le référendum du 4 novembre dernier a donné réponse. « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » : non 56,7 %, oui 43,3 %, avec une forte participation. Le résultat fut beaucoup plus serré que prévu : c’est le score 70 %/30 % qui était attendu. Une semi-victoire inespérée pour les indépendantistes, une semi-défaite imprévue pour les non-indépendantistes, un vote quasi communauta...
Article réservé aux abonnés - Pour vous abonner : cliquez ici
Bertrand Vergniol
pasteur à Lourmarin

Commentaires