En Église

La vie paroissiale à l’épreuve des mobilités

01 septembre 2019

Comment faire coïncider les habitudes de vie d’une Église qui se pense dans la durée et la continuité avec des personnes dont la vie est, sur bien des plans, séquencée et offrant peu de visibilité ?

Une des premières difficultés est qu’il n’y a pas une, mais des mobilités. Mobilité géographique durable ou pendulaire (et il y a peu de rapport entre une migration à l’autre bout du monde et une vie à cheval sur deux lieux lorsque l’on possède une résidence secondaire). Mobilité technique ou numérique, qui permet parfois de vivre à un endroit en « appartenant » à un autre (une personne habitant Tahiti s’est inscrite au week-end de paroisse parce qu’elle en avait entendu l’annonce lors du cul...
Article réservé aux abonnés - Pour vous abonner : cliquez ici
Anne Faisandier
pasteure à Marseille-Grignan
#Église#communauté#confiance#rythme#accueil#accueillir#mobilités#mobilité

Commentaires