Un enfant sans père

31 octobre 2019

Jésus en a fait la dure expérience. Les Évangiles portent les traces des conséquences de sa naissance douteuse, hors mariage. Il est considéré comme un bâtard avec toutes les conséquences sociales que cela induit.

C’est pourquoi dès l’ouverture de son Évangile, Matthieu le désigne comme fils d’Abraham, fils de David. La marginalité de Jésus le pousse à proclamer que seule la pureté est contagieuse, d’où sa proximité avec les impurs : malades, pécheurs, prostituées, collecteurs des taxes. Le langage de la prière est lui aussi un bon indicateur du rapport qu’on entretient avec Dieu. Jésus le désigne par le vocable affectueux Abba, papa, qu’il ne garde pas pour lui seul : il nous le lègue… Il utilisera c...
Article réservé aux abonnés - Pour vous abonner : cliquez ici
Nicole Vernet
journal Liens protestants

Commentaires