Prix du Jury œcuménique de la BD

Apprendre à tomber

01 février 2020

Lors du festival de la BD d’Angoulême, le Jury œcuménique a retenu l’histoire de Noël, un enfant pas comme les autres.

Immergé dans ce village « inclusif », Neuerkerode, en Basse-Saxe, où cohabitent personnes mentalement fragiles avec professionnels et aidants, le lecteur participe aux aventures et émotions partagées par les résidents de cette institution, créée dès la fin du XIXe siècle au nord de l’Allemagne par quelques personnes visionnaires, puisqu’elles travaillaient déjà au nom de l’inclusion et de la participation, valeurs encore aujourd’hui plus actuelles que jamais.

Un trait caricatural

Le style caricatural, mais si expressif, du dessin de Mikaël Ross, s’il peut dérouter certains lecteurs, ne nuit cependant pas au propos général de cet ouvrage, qui aborde le sujet si sensible du handicap mental?: au contraire, cette réalité déjà évoquée par d’autres auteurs de BD en 2017 et 2018 est ici magistralement retranscrite par Mikaël Ross, qui a vécu plusieurs mois avec les résidents de Neuerkerode.

À travers l’histoire du jeune homme, très dépendant, Noël, qui perd sa mère au début de l’album, l’on partage la vie de ces personnes, jeunes ou âgées, à qui l’institution donne la possibilité de vivre leur bonheur personnel dans des lieux adaptés à leurs capacités.

 

Apprivoiser la réalité

À la mort de sa mère, Noël, jeune homme déficient et un peu perdu, va partir à la recherche de lui-même, des autres, du monde. Confronté à tous ces sentiments qui le débordent (amitié, amour, trahison, mensonge, admiration, séparation…), Noël va apprivoiser la réalité qui l’entoure, entre le vécu, les autres, le rêve et l’imaginaire. L’attitude des autorités (animateurs, policiers, contrôleurs, chauffeurs, population alentour…), qui passent de l’énervement à la bienveillance active, émeut et fait sourire le lecteur. Cela contraste tant avec l’histoire tragique par laquelle est passé Neuerkerode à l’époque du nazisme, période que l’auteur nous permet de découvrir par quelques allers et retours d’histoires et dialogues entre les résidents.

Un vrai scénario, un graphisme affirmé, une histoire à valeurs humaines fortes, un jeune auteur venu récemment à la BD, tout ce qui correspond au prix du Jury œcuménique de la BD !

Bernard Stehr
membre du jury œcuménique
#BD#Jury oecuménique#Noël#handicape#discrimination

Commentaires